Travail de sous-traitance pour la société Bajart Sous l’égide de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA-KIK) Portrait de Saint Antoine Anonyme XVII ième siècle Collégiale Saint Vincent à Soignies

SaintAntoine - 1

Le revers de la toile originale est recouvert d’une couche épaisse et cassante d’encrassement et de dépôt non identifié. J’ai fait une petite fenêtre de dégagement afin de découvrir l’enduit d’origine.

Saint Antoine - 2

Détail du dégagement

Saint Antoine - 3

Vue d’ensemble sous lampe ultraviolette mettant en évidence la présence d’une importante couche de vernis naturelle ainsi que la présence de surpeints importants.

Saint Antoine - 4

Des tests de dégagement du vernis et des anciens surpeints nous confirment un changement de composition de l’œuvre : l’œuvre peinte originale avait une forme arrondie dans sa partie supérieure. Sans doute après un changement de lieu ou d’encadrement on a décidé de surpeindre cette partie noire et d’imiter le ciel original en le faisant se prolonger sur toute la surface supérieure de la toile .

Saint Antoine - 5

Ici le surpeint est d’autant plus flagrant qu’il dépasse largement sur les bandelette de papier clouant la toile sur le châssis.

Après une longue discussion entre l’IRPA, les historiens de la région Wallonne et nous restaurateurs, il a été décidé de conserver les surpeints, partie intégrante de l’histoire matérielle de l’œuvre puisqu’il s’agit d’un témoin de sa transformation suite à un évènement historique la concernant. Seuls les surpeints les plus anciens recouvrant la partie ceintrée noire ont été conservés…les autres surpeints camouflant la couche originale ainsi que d’autres retouches plus récentes sont éliminées après documentation photographique complète.

antoine6

Ainsi la couche picturale originale est remise en évidence et une retouche illusionniste fera la transition entre la partie supérieure originale et le surpeint du ciel couvrant la partie noire. Le support va être dépoussiéré méticuleusement au revers et côté face. Ensuite la toile est déposée de son châssis en désincrustant chaque semence avec soin. Des bords de tension sont alors posés à l’aide de film BEVA. Ils permettront de retendre la toile sur le châssis modifié pour l’occasion. La toile est retendue sur son châssis. Les mastics sont sculptés afin de recevoir une première retouche à l'aquarelle suivie d'une seconde retouche transparente au vernis de conservation et pigments secs.

antoine7

Le tout est vernis de façon finale au pistolet.

antoine8

Afin de protéger le revers de l'oeuvre des dépôts de poussière et de l'humidité, une toile polyester 100% est tendue sur le châssis.

Saint Antoine - 9